On peut dire qu’à l’âge de cinq ans le bébé « Porsche Casting de Deauville » devenu adolescent est proche de devenir adulte…tout en gardant l’esprit joyeux de la jeunesse, ce qui est fondamental pour toujours avoir de nouvelles idées…un peu folles !

Ainsi avec 280 équipages inscrits l’événement a encore pris de l’ampleur. Il faut dire que tout était réuni pour attirer les Porschistes.

                           En effet, côté modèles, on fêtait les 50 ans de la 917 …

    ……et de la 914, les 40 ans de la 924 GT, auxquels s’ajoutaient les 30 ans de la 964 Carrera 4, de la 3.2 Anniversaire et du Speedster 3.2.

Publicité

                               Ci-dessous une superbe 924 Turbo et une 914/6.

Côté club, ses 20 ans étaient également honorés. Club indépendant créé par une petite équipe « d’inconscients » ou « visionnaires » (selon le ressenti de chacun), en 1999 sous le nom de « Passion 911 du Calvados », puis intégré au début des années 2010 dans la Fédération des Clubs Porsche de France en prenant le nom de « Porsche Club Normandie », son nombre d’adhérents n’a pas cessé de grandir puisqu’aujourd’hui le chiffre de 200 membres est largement dépassé !

Passons au déroulé du week-end ; en arrivant au « Village », les visiteurs tombent d’abord sur une brochette de 356 et de 912 aux couleurs chatoyantes

Continuant leur déambulation le public découvre un alignement d’ailerons de Porsche modernes qui le dispute à celui des Porsche anciennes. Noter l’évolution de ceux-ci qui sont d’une certaine manière devenus très imposants tout en étant plus fins que ceux des anciennes, qui notamment pour les versions Turbo étaient assez lourds d’aspect vu qu’intégrés au capot ils cachaient l’échangeur.

Bien évidemment, côté « boutiques », on trouve une variété de choix permettant à chacun de s’offrir tout objet ayant une relation avec la marque en commençant par celle du club. J’ajouterai un cliché sur celle consacrée à Michel Vaillant, ah les souvenirs d’enfance… !

Toujours un plaisir de voir une des Porsche de course de Raymond Narac, Président d’Imsa Porsche Rouen et Caen, autre partenaire fondamental de l’événement. De plus vu que les Porsche ont une âme, je suis certain que celle-ci qui fit les 24 heures du Mans était très fière de côtoyer son « ancêtre » SA MAJESTE 917…et même certainement intimidée !

De leur côté les équipages arpentent le pays d’Auge le samedi matin pour un parcours de 130 km environ qui est le plus beau réalisé depuis la première édition.

Cela leur permet également de déguster le fromage du pays Livarot dans le village du même nom et de visiter à Pont Lévêque « Le Calvados Experience ». L’après-midi a lieu le concours d’état sur lequel nous reviendrons car il va réserver quelques surprises. Par ailleurs une nouveauté apparaît avec un concours d’élégance pour les modernes.

Côté festivités du soir, les organisateurs profitent de la tombola (où de très beaux lots sont distribués) pour présenter l’équipe de bénévoles qui est constituée d’une quarantaine de personnes, donc pas de trop pour gérer un tel événement !

Ensuite si dès le vendredi soir certains sont allés au cabaret « La Folie Douce » profiter du repas/spectacle, le samedi, cette possibilité existe toujours en parallèle avec le repas ambiance jazz proposé à l’hôtel Royal.

Comme on le voit en ce dernier lieu, l’ambiance est très festive, conviviale, pas guindée tout en conservant une certaine classe, la quadrature du cercle au final !

Cette année, si j’ose dire le « Pilote d’honneur » invité est Jürgen Barth, qui pour moi fait partie des pilotes professionnels que j’appelle les seigneurs, c’est-à-dire des personnes sérieuses dans leur métier qui dans la vie ne se prennent pas au sérieux, sont simples, abordables. Il rejoint dans mon esprit, Jean-Pierre Jaussaud, Derek Bell ou bien un certain Ari Vatanen. Pour mémoire Jürgen Barth a participé à la mise au point de la 2.7 RS en en assurant la promotion ensuite, il a gagné (entre autres) les 24 H du Mans en 1977 avec Jacky Ickx et Hurley Haywood et depuis les années 2000 il est un vrai ambassadeur de la marque dans tous les domaines ! Alors ce fût pour moi un grand moment d’émotion (comme fondateur du club) d’être photographié avec lui (à ma droite), Jackie Mille (président actuel du club à ma gauche) et Raymond Narac, vainqueur (entre autres) aux 24 H du Mans en 2007 en catégorie GT2 et en 2013 en catégorie GTE Am.

A noter que le Directeur de Porsche France, Marc Meurer est également venu honorer de sa présence l’événement ainsi que son prédécesseur Marc Ouayoun (aujourd’hui responsable du réseau au Canada), appréciant chacun la grande qualité du Porsche Casting de Deauville.

Alors évidemment cet anniversaire des 20 ans du club méritait un beau et bon gâteau préparé par l’équipe de Cyril Casabo, directeur de l’Hôtel Royal Barrière de Deauville. Profitons-en pour souligner la qualité des repas et du service proposés sans oublier que les organisateurs sont revenus aux tables avec places assises, ce qui est bien plus convivial que le repas dinatoire. Bravo d’avoir tenu compte des remarques émises par certains à ce sujet l’an dernier !

                 Le Président fondateur et le Président actuel découpent le délicieux gâteau !

Vers minuit chacun regagne sa chambre car le dimanche dès 8h30 un nouveau parcours ludique amenant les équipages au circuit de l’E.I.A à Pont Lévêque doit être emprunté. La magnifique 2.7 RS déjà vue dans nos colonnes il y a peu est présente, son restaurateur est au volant…mais sera très modéré au volant vu que la voiture est vendue !

Anciennes et modernes se font plaisir en toute sécurité !

Une GT3 chasse ses « grandes sœurs » !!

Alors que les Porsche se rangent, certains sont séduits par le karting.

Puis chacun regagne Deauville sous quelques gouttes de pluie, si bien que les organisateurs passent au plan B, c’est-à-dire que le Brunch prévu sur les planches se déroule dans le salon des ambassadeurs du Casino ! Bravo encore pour cette réactivité appréciée par les équipages qui se régalent notamment des huitres et autres langoustines proposées !

Le soleil revient juste après le déjeuner au moment où autre nouveauté, un concours d’élégance relatif aux anciennes débute. Douze équipages jouent le jeu pour ce nouveau challenge ; qu’ils en soient félicités car ce n’est jamais évident de se lancer dans la lumière face au public qui par définition est toujours un juge …disons tranchant !

Petit échantillon partant d’un clin d’œil aux « îles » en passant par l’accord parfait de la tenue de l’équipage avec la nuance de la carrosserie de leur Porsche.

Puis faisons un détour par Las Vegas sans oublier les « pilotes » d’avion de Top Gun !  

Mais l’après-midi avance et il est l’heure de remettre les prix des différentes compétitions du week-end. Commençons par le Concours d’Etat dont voici le panel de la catégorie 1948/1973 qui comprenait aussi bien des modèles pratiquement dans leur jus que ceux ayant bénéficié d’une restauration aux petits oignons.

Dans un but de justice, et afin de garder l’esprit du club, c’est-à-dire avant tout la convivialité, le règlement est fait de telle manière que ce n’est pas celui qui a la plus belle restauration (qui souvent est la plus coûteuse) qui gagne automatiquement, permettant ainsi à tout le monde d’avoir sa chance. Il n’est pas question à une échelle réduite de faire une copie du concours organisé chaque année par Porsche France où là, en fait on élit la plus belle restauration donc en réalité le Centre Porsche le plus performant. Si j’ai choisi la catégorie 1948/1973 comme exemple, c’est parce que c’est la catégorie où c’est le plus difficile de juger, beaucoup d’autos étant plus ou moins bien restaurées et pour certaines restées presque d’origine.

                                               Les participants aux différents concours

Au final dans la catégorie 1948/1973 une rare 911 2.0 1967 « soft window » a été élue, dans la catégorie 1974/1989, une 928 S rouge indien magnifiquement conservée a remporté la palme, dans la catégorie 1989/1998 un rare 964 Cabriolet Vert Amazone s’est vu remettre le premier prix alors que dans la catégorie des moteurs à eau de 1996/2005 une 996 Anniversaire dont le propriétaire n’est autre que le Président du « 911 Classic de France » a gagné ! Pour les concours d’élégance modernes et classics ce sont les équipages présentant la tenue et la mise en scène la plus originale qui ont été choisis par le jury.

Les 1ers du concours d’état des 3 premières catégories.    Les vainqueurs des « élégances »

Mais il faut bien que ce superbe week-end se termine, alors la parade est de rigueur avec un au revoir à nos amis Belges (à la présence nombreuse sur cette 5ème édition).

Je terminerai ce billet comme je l’ai commencé, très positivement, même si bien évidemment on peut toujours évoluer, alors juste une remarque facile à corriger pour aller vers l’idéal, que les voitures d’exception exposées comme la 917 cette année soient mieux mises « dans la lumière » en les présentant dans le village de telle manière que le public puisse tourner autour avec un panneautage digne du modèle en question. Alors vivement l’an prochain…. !