porsche_718_spyder_gt4

Cinq mois après le 718 Cayman GT4 Clubsport, Porsche vient d’officialiser deux modèles très attendus. Les 718 Boxster Spyder et 718 Cayman GT4 n’ont jamais été aussi proches puisqu’ils disposent d’une conception similaire. Le rôle de ces deux véhicules ? Offrir un plaisir de conduite maximal. Chacune de ces versions exacerbent les qualités du modèle d’origine, en ne retenant que ce qui est nécessaire. Le Flat-6 est donc de retour, à un niveau de puissance inédit. Et la boîte manuelle n’a pas pris sa retraite… Bien loin de là ! Focus sur les plus excitantes versions des Porsche 718.

Le 718 Boxster Spyder

Commençons par le Porsche 718 Boxster Spyder. Cette nouvelle génération reprend tous les codes qui ont fait le succès de cette version allégée. Déjà, nous retrouvons la peinture blanche, typique mais aussi un cache arrière, à double bosselage, très dynamique, qui vient supprimer la précédente capote au profit d’une légère capote manuelle. Le bouclier avant est plus ajouré, donnant un look largement plus agressif et dynamique que les versions classiques du Boxster. Nous noterons d’ailleurs une fine écope en bas du capot à la manière des 911 GT3 et un généreux diffuseur arrière qui sort tout droit tiré d’une voiture de course. Enfin, bien qu’assez discret, l’aileron façon queue de canard fait directement à la légendaire 911 Carrera RS 2.7 de 1973. Et ne pensez pas que Porsche s’est arrêtée au plumage. Ôde au purisme, ce Boxster Spyder n’a fait aucune concession sur ce qui était espéré…

Le 718 Cayman GT4

Porsche a de nouveau opté pour une livrée jaune pour le 718 Cayman GT4. Un symbole de continuité que l’on retrouve au niveau des formes générales, avec le même bouclier du 718 Boxster Spyder. Grandes entrées d’air, style dynamique, écope de capot… Tous les ingrédients sont bien présents. En y regardant de plus près, nous remarquons que les écopes de pare-choc et la lame sont plus proéminents afin d’améliorer les arrivées d’air. L’aileron arrière est fixe, améliorant de 20% l’efficacité par rapport à la précédente génération de Cayman GT4. Tout comme sur le Boxster, le diffuseur abandonne sa double sortie d’échappement centrale au profit de deux échappements séparés d’un demi-mètre. Un ensemble plus actuel. Dans l’ensemble, ce Cayman GT4 offre un sentiment de déjà-vu… Mais est-ce vraiment dérangeant ?

Le Flat-6 atmosphérique de retour

Il serait faux de dire que les 718 Boxster Spyder et Cayman GT4 ont conservé le Flat-6 de la précédente génération. En effet, même si Porsche a de nouveau greffé un Flat-6 sous le capot de ces modèles, il ne s’agit pas du même moteur qu’auparavant. Fort d’une cylindrée de 4 litres, ce Flat-6 ne provient pas non plus de la 911 GT3 mais bien d’une 911 type 992. D’une cylindrée de 3 litres initialement, ce moteur a été retravaillé pour améliorer sa capacité de 33%. Il a d’ailleurs perdu son turbocompresseur. Ce Flat-6 atmosphérique délivre la puissance de 420 chevaux pour 420 Nm de couple entre 5 000 et 6 800 tr/m. Il sera même possible de titiller les 8 000 tr/m. Pour la ville, il sera possible de ne rouler qu’avec trois cylindres.

Publicité

Autre point important, la boîte manuelle à six rapports est de série. Elle demeurera la seule proposition au catalogue même si Porsche n’a pas fermé l’option PDK pour ceux qui le souhaiteraient dans un avenir plus ou moins proche. Nous imaginons que le plaisir de conduite de ces 718 survitaminés sera bien réel. D’autant plus que la répartition des masses est idéale, avec le moteur en position centrale arrière.

Le 0 à 100 km/h est réalisé en 4,4 secondes avec une vitesse de pointe à 301 km/h pour le Boxster Spyder et 304 km/h pour le Cayman GT4. La consommation mixte s’établit à 10,9 litres aux 100 kilomètres, ce qui, pour la puissance, est raisonnable… Mais l’un comme l’autre sont punis par un malus de 10 500 €.

Des châssis revus et améliorés

Les 718 Boxster Spyder et 718 Cayman GT4 partagent désormais un châssis GT haute performance similaire. Il est surbaissé de 30 millimètres afin d’abaisser le centre de gravité et donc d’autoriser des vitesses de passage en courbe plus élevées. Différents systèmes d’aides à la conduite sont embarqués, à l’image du Porsche Stability Management qui est capable de bloquer le différentiel arrière si nécessaire. Un léger allègement a été opéré dans l’habitacle, supprimant les poignées de porte au profit de la lanières, le système multimédia et la radio. Pour le reste, l’intérieur reste celui des versions « classiques » des modèles 718.

Pour aller encore plus loin, un pack Clubsport est disponible sur le Cayman GT4, qui apporte une barre antiroulis à l’arrière, un extincteur et un harnais six points pour le conducteur. Les suspensions ont été raidies davantage, afin de pouvoir évoluer encore plus sereinement sur circuit, mais pour le Cayman uniquement. Les disques de frein en carbone/céramique demeurent optionnels.

La Porsche parfaite ?

Porsche serait-elle parvenue à trouver la recette de la potion magique ? Plus puissants de 45 chevaux que les précédents, avec un Flat-6 atmosphérique plein à tous les régimes, une boîte manuelle, une parfaite répartition des masses… Que demander de plus ? Ajoutons à cela que Porsche allongera les délais de production afin de faire profiter davantage de personnes de ces futurs Boxster Spyder et Cayman GT4. D’ailleurs, ils sont déjà disponibles à la précommandes, au prix de 95 299 € pour le cabriolet et 98 180 € pour le coupé.