Porsche Boxster générations 986 987 981 982

Précédemment, nous vous avions appris à devenir incollable sur les différentes générations de Porsche 911. Cette fois, nous allons nous intéresser à un modèle emblématique de la marque de Stuttgart. Enfin, à deux modèles, plus précisément. Vus comme des « Porsche de pauvre » par certains, les Boxster et Cayman sont pourtant des voitures très équilibrées et plaisantes, avec un moteur en position centrale arrière, qui offre une excellente répartition des masses. Quatre générations se sont succédé.

Un modèle d’appel chez Porsche : une nécessité ?

Avant d’aborder les différentes générations (et versions !) des Porsche Boxster et Cayman, remontons le temps pour mieux comprendre dans quel contexte sont nés ces deux modèles emblématiques. Dans les années 1960, le passage de flambeau entre la 356 et la 911 laisse des séquelles, avec notamment un prix d’appel en très forte hausse.

Pour tempérer les esprits, la marque allemande crée la 911 T, moins puissante, mais aussi moins onéreuse. De même, la 912 reprend l’esthétique d’une 911 mais elle abandonne le moteur 6-cylindres à plat (Flat-6 pour les intimes), au profit d’un retour du « vieux » 4-cylindres de la 356. Le prix d’appel chez Porsche diminue alors sensiblement.

De 1969 à 1976, la 914 viendra constituer une entrée de gamme originale chez Porsche avec une ligne célèbre : les Porsche à moteur avant (PMA). Elle est développée conjointement par Porsche et Volkswagen. L’accueil est mitigé par le public et Porsche optera un design plus consensuel avec les 924, 944 et 968. En 1995, la lignée « PMA » s’éteint.

Publicité

Le concept Boxster de 1993

Porsche Boxster Concept 1993

Au début des années 1990, le président Porsche de l’époque, Wendelin Wiedeking souhaite amorcer une transition afin de redorer l’image de la marque. Un concept assez osé est présenté en janvier 1993, sous le nom de Boxster Concept.

Derrière une élégante robe grise, ce concept – toujours exposé au Porsche Museum de Stuttgart – va donner un nouveau souffle à la marque allemande. L’avant sera pris presque tel quel sur la version finale du Boxster, qui arrivera trois ans plus tard, en 1996, mais également sur la 911 type 996, en 1997.

Le Boxster Concept est en quelque sorte un retour à l’essence de l’automobile : un cabriolet deux places léger, au tempérament sportif, assez économique à produire comme à utiliser au quotidien. Pour Porsche, l’enjeu est important : ce Boxster doit marquer un renouveau, en permettant une baisse des coûts de fabrication. C’est pour cette raison que les Boxster et 911 auront tant de similitude, tant d’un point de vue esthétique que mécanique.

1ère génération : Comment reconnaître la Porsche Boxster type 986 (1996-2004) ?

Porsche Boxster 986

Trois ans après le concept éponyme, le Boxster de série est là. Nous retrouvons une ligne proche de celle du concept, mais avec des améliorations et surtout, un arrière totalement redessiné. Pour le moment, il n’est pas question de Cayman : seul le Boxster existe aux côtés de la 911. L’accueil du public est relativement enthousiaste face à ce petit roadster deux places bien dessiné… Et très désirable.

Spécificité esthétiques du Boxster 986

Visuellement, le Boxster de première génération ressemble à s’y méprendre à la 911 type 996 qui est sortie quelques mois après. C’est un roadster bien dans l’ère du temps, arborant des phares en amande, du plus bel effet. Notons que la production du Boxster type 986 se décline en deux temps : la phase 1, de 1996 à 2002, puis la phase 2 (restylée), de 2002 jusqu’à 2004. Les phases 1 se reconnaissent à leurs clignotants oranges à l’avant et à l’arrière. Mais beaucoup ont préféré les passer en blanc…

Le profil du Boxster 986 est élégant, avec une ligne de caisse assez épurée qui se terme sur deux écopes de prises d’air, destinées à refroidir le moteur. La partie arrière a été complètement revue depuis le concept car. Les feux sont plus massifs et les traits plus doux, donnant un rendu plus rigoureux… et sportif ! Seules deux versions verront le jour : Boxster et Boxster S ainsi qu’une édition limitée.

Sous le capot de la Porsche Boxster type 986

Stricte propulsion, le Boxster type 986 a été proposé avec deux niveaux de puissance, hiérarchisés de la même manière que pour les 911. L’entrée de gamme est sobrement nommée Boxster, tandis que la version plus sportive prend l’appellation de Boxster S. La seconde se reconnait à sa double sortie d’échappement tandis que le Boxster « classique » arbore une canule unique.

Le Boxster dispose d’un 6-cylindres à plat emprunté à la 911. La cylindrée est d’abord portée à 2,5 litres pour 204 chevaux. Elle évoluera en 2000 à 2,7 litres pour 220 chevaux. Lors du restylage, la puissance passera même à 228 chevaux. Le Boxster S type 986 a une cylindrée de 3,2 litres tout au long de sa carrière : 252 chevaux avant le restylage de 2002 et 260 chevaux après.

Précisons également que le moteur est disposé en position centrale arrière. La répartition des masses est donc excellente. Le Boxster profite du savoir-faire apporté à la 911 et permet de constituer une entrée de gamme très attractive.

Ce qui évolue avec le Boxster 986

Remplaçante indirecte des Porsche à moteur avant, la Porsche Boxster type 986 marque un véritable tournant dans l’histoire de la marque. Ce roadster est assez bien équipé de série, et habitable, malgré une liste d’option conséquente.

Les différentes versions de Porsche Boxster type 986

Boxster : version « classique », de 204, 220 ou 228 chevaux
Boxster S : version plus sportive, de 252 ou 260 chevaux

Comment distinguer une Porsche Boxster type 986 ?

Porsche Boxster 986

Pour distinguer un Porsche Boxster de type 986, rien de plus simple ! Seule cette génération dispose de phares en amandes ! La génération suivante reviendra à des optiques rondes plus traditionnelles. Vous ne pourrez donc pas vous tromper. Si vous hésitez entre Boxster type 986 et 911 type 996, vérifiez le nombre de places à bord : exclusivement 2 sur le premier, et 4 sur la seconde.

Le Boxster 986 restylé dispose à la fois de clignotants blancs et non plus oranges, mais également de pare-chocs plus ajourés, ainsi que de nouvelles jantes.

Quelques anecdotes concernant la Porsche Boxster type 986

• En 2003, pour célébrer les 50 ans de la Porsche 550 Spyder, Porsche réalise un Boxster S « 50 ans de la 550 Spyder ». Il se caractérise par une peinture gris Argent GT, des jantes gris Kerguelen, une capote marron (cocoa), des écussons spécifiques et la puissance portée de 260 à 266 chevaux. Seuls 1963 exemplaires ont vu le jour, numérotés.
• Les clignotants orange ont été définitivement abandonnés à la fin de l’année 1999. Porsche a profité pour augmenter la puissance du Boxster classique à ce moment, mais aussi à redessiner quelque peu le pare-choc avant.
• Pour identifier du premier coup d’œil un Boxster S : regardez la couleur des étriers de frein. Ils sont gris sur le Boxster « classique » mais rouges sur son homologue S.
• Le moteur étant en position centrale arrière, il y a un coffre à l’avant, et un second à l’arrière !
• Jusqu’en 2008, les Boxster rencontrent des soucis liés à l’IMS : il s’agit d’un roulement à bille qui se désagrège et qui peut aller jusqu’à entrainer une casse moteur.

2ème génération : Comment reconnaitre les Porsche Boxster et Cayman type 987 (2004-2012) ?

Porsche Boxster 987

L’année 2004 marque un nouveau cap pour Porsche qui remplace conjointement les Boxster et 911 par de nouvelles générations. Cette fois encore, ces deux modèles conserveront un fort lien de parenté, tant mécanique qu’esthétique. Cette fois, une déclinaison coupé (toujours deux places) verra le jour en 2005, il s’agit du Cayman. Cette seconde génération de Boxster, et première pour le Cayman, porte l’identifiant 987.

Spécificité esthétiques des Porsche Boxster et Cayman 987

Le Boxster type 987 dispose d’une face avant revisitée et plus dynamique qu’auparavant. Les phares en amende s’effacent au profit d’optiques plus ovoïdales. La ligne de caisse demeure, avec des écopes plus importantes. Les jantes gagnent un pouce tandis que les feux arrière sont dessinés à la manière de ceux montés sur les 911 type 997, alors fraichement dévoilées.

Nouveauté de 2005, le Cayman vient compléter l’entrée de gamme de chez Porsche, tout en étant vendu un peu plus cher que le Boxster. Il repose sur la même base que ce dernier mais est considéré comme un modèle à part dans la gamme. Il dispose par ailleurs d’un bouclier avant spécialement dessiné pour lui, avec un des antibrouillards ronds et un style plus agressif. Il en est de même à l’arrière, comme vous pourrez le voir par vous-même ci-dessous.

Un restylage aura lieu à mi-carrière, en novembre 2008. Il concerne à la fois l’avant, avec un nouveau pare-choc tant pour le Boxster que le Cayman, intégrant de nouveaux phares et un design plus dynamique (surtout pour le Boxster). Notons que l’arrière est aussi amélioré, avec notamment des feux au design plus travaillé et tout en courbe, évoquant brièvement ceux du concept Boxster de 1993.

Sous le capot des Porsche type 987

Motorisation du Boxster type 987

Chez Porsche, la tendance est toujours à la hausse. Nous retrouvons donc, sur le Boxster type 987 « classique », une mécanique de 2,7 litres développant 240 chevaux, puis 245 chevaux dès 2007. Le restylage de 2009 augmentera la cylindrée à 2,9 litres pour 255 chevaux.

Le Boxster S dispose du même moteur, de 3,2 litres pour 280 chevaux. Il passera à 3,4 litres et 295 chevaux en 2007 et 310 lors du restylage de 2009. Les gains de 5 chevaux de 2007 s’expliquent par l’adjonction du VarioCam Plus, qui agit sur l’admission et les soupapes.

Notons que le restylage apporte l’arrivée de la boîte automatique à double embrayage PDK à 7 rapports en option, en remplacement de la précédente Steptronic S. Notons que des versions spéciales ont été programmées sur les Boxster et Cayman 987, du fait des bons chiffres de vente de ces modèles.

Motorisation du Cayman type 987

Le Porsche Cayman 987 gagne quelques chevaux par rapport au Boxster. Ainsi, le Cayman « de base » délivre 245 chevaux, puis 250 chevaux en 2007 et enfin 265 chevaux après 2009, lors du restylage et du passage à une cylindrée de 2,9 litres.

Le Cayman S a débuté à 295 chevaux, avant d’atteindre les 320 chevaux lors du restylage de 2009. La différence de puissance avec la Porsche 911 Carrera n’était alors que de cinq chevaux.

Ce qui évolue avec les Boxster et Cayman 987

Avec cette nouvelle génération, Porsche joue beaucoup. La marque n’a donc pas été avare en nouveautés pour rendre ses Cayman et Boxster plus désirables et attractifs. Les évolutions vont dans le bon sens. Notons que les séries limitées et éditions spéciales avaient rarement été aussi nombreuses. Certaines sont aujourd’hui des collectors.

Le Cayman est un pari audacieux, il devait se positionner comme une entrée de gamme intéressante, sans pour autant faire de l’ombre à la 911, et sans rouler dans les platebandes du Boxster. Ce modèle a donc été particulièrement choyé et rendu attractif par des puissances appréciables, un niveau d’équipement correct et un style plus affirmé que son homologue décapotable.

La génération 987 marque aussi un tournant sous le capot, avec l’arrivée de la boîte PDK à 7 rapports en remplacement de la Steptronic S sur les versions restylées, le VarioCam Plus, un système embarqué plus performant et complet, le PASM, qui permet de régler ses suspensions en fonction de l’usage ou encore les freins à disque en carbone-céramique, qui bien que facturés plus de 8 000 €, pouvaient répondre à certaines demandes…

Les différentes versions de Porsche Boxster et Cayman type 987

Boxster : version d’appel de Porsche, en cabriolet
Boxster S : version sportive du Boxster, allant jusqu’à 295 chevaux

Cayman : version d’appel de la déclinaison coupé du Boxster
Cayman S : version plus sportive du Cayman, allant jusqu’à 320 chevaux
Cayman R : produite de 2011 à 2013, version encore plus radicale de 330 chevaux

Reconnaître les séries limitées des Porsche Boxster et Cayman type 987

Boxster RS 60 Spyder : version hommage à la 718 RS Spyder de 1960, carrosserie argent GT, feux entièrement rouges, kit SportDesign, puissance de 303 chevaux, capote rouge. 1960 exemplaires.
Boxster Spyder : produit en 2009, ce Boxster basé sur la version S dispose de strippings latéraux, d’un cache moteur bosselé, d’un allègement conséquent et d’une capote manuelle noire. Puissance de 320 chevaux.
Boxster Limited Edition : 500 exemplaires produits aux États-Unis et Canada, de couleur orange à jantes noires.
Cayman S Porsche Design Edition : 777 exemplaires produits en 2007, reconnaissables à une peinture noire, des bandes noires, des optiques intégralement rouges, des jantes de 911 (997) Turbo et un intérieur en cuir noir avec appuie-têtes embossé.
Boxster S Porsche Design Edition 2 : 500 exemplaires produits en 2008 reconnaissables par leur peinture Blanc Carrara et jantes assortis, une capote gris pierre, un kit SportDesign, des bandes grises, des phares bi-xénon et la puissance portée à 303 chevaux.
Boxster S Black Edition : 987 exemplaires ont été produits en 2011, peints en noir, avec les jantes du Boxster Spyder peintes en noir. Puissance portée à 320 chevaux et équipement de série enrichi.
Cayman S Black Edition : idem ci-dessus, mais tirage à 500 exemplaires.
Cayman S Sport : édition limitée à 700 exemplaires. 7 couleurs au choix, stripping latéral, jantes noires. Puissance portée à 303 chevaux.

Comment repérer les Porsche Boxster type 987 ?

Porsche Boxster Cayman 987

Boxster et Cayman disposent d’un design quelque peu différent. Le Cayman reçoit de plus grandes aérations dans son pare-choc avant tandis que le bouclier arrière est plus ajouré. Le restylage opéré à la fin de l’année 2008 portera principalement sur les pare-chocs avant, au look plus sportif mais aussi sur la forme des feux arrière, désormais tout en arrondis, évoquant le Boxster Concept de 1993. Vous reconnaitrez principalement un Boxster ou Cayman type 987 à sa forme de phares.

Quelques anecdotes concernant la Porsche Boxster type 987

• En 2011, Porsche a envisagé de produire une version électrique du Boxster type 987 : le Boxster E. Trois prototypes ont été réalisés, avec un ou deux moteurs. Les performances étaient au rendez-vous, malgré un poids de 1,6 tonne et une autonomie de 160 kilomètres. Il n’y eut pas de suite.
• De 2011 à 2013, le Cayman s’est vu décliné dans une version plus radicale que le S : le Cayman R. Cette version était plus légère et reconnaissable à sa peinture Vert Péridot, de série.
• La boîte automatique à double embrayage PDK permettait pour la première fois, à une boîte auto chez Porsche, d’offrir de meilleures performances que la boîte manuelle également proposée. Une belle prouesse.
• Tout comme le 986, les Boxster et Cayman type 987 disposent d’un aileron intégré qui se déploie à haute vitesse pour augmenter l’appui.

3ème génération : Comment distinguer les Porsche Boxster et Cayman type 981 (2012-2016) ?

Porsche Boxster 981

Cette fois encore, Porsche va faire coordonner le remplacement des Boxster et Cayman avec celui de la 911. Les évolutions sont assez marquantes pour cette troisième génération portant l’identifiant 981. Le 6-cylindres à plat subsiste mais la ligne évolue assez fortement.

Spécificité esthétiques des Porsche Boxster et Cayman Type 981

Visuellement, les Boxster et Cayman type 981 se reconnaissent à leur avant redessiné intégralement. Les phares sont désormais plus étirés, avec des fonds noirs. Des différentes subsistent entre les avant des Cayman et Boxster, mais c’est assez subtil. Il en est de même pour l’arrière. L’avant paraît plus trapu et agressif et donne une brève impression de lourdeur. Pourtant, cette génération est légèrement plus légère que la précédente.

La ligne de caisse, notamment, a été profondément revue, elle est désormais plus fluide et intègre de larges écopes derrière les portes. Les jantes passent à 18 pouces de série tandis que l’intérieur est remanié pour plus de modernité. Les possibilités de personnalisation sont très nombreuses et laissent le choix entre trois types de sièges, de l’assise confortable jusqu’au baquet.

À l’arrière, les feux sont tout nouveaux, ils disposent d’un renflement qui s’achève sur un subtil becquet reliant l’un à l’autre. Contrairement aux précédentes générations, les Boxster et Cayman.

Motorisation des Porsche Boxster et Cayman type 981

Vendue sans discontinuer de 2012 à 2016, cette génération de Porsche Cayman et Boxster n’aura été équipé que de moteurs atmosphériques. Nous retrouvons le célèbre 6-cylindres à plat équipant la 911, dans une version dégonflée. Comme il n’y a pas eu de restylage, il est relativement facile de s’y retrouver dans la gamme.

Concernant le Boxster, la version d’appel dispose du Flat-6 dont la cylindrée est portée à 2,7 litres et offre 265 chevaux. Les autres versions passent à 3,4 litres. Le S atteint 315 chevaux, le GTS grimpe à 330 tandis que le Spyder culmine à 375 chevaux.

Il en est de même du côté du Cayman, mais avec un surplus de 10 chevaux sur chaque version. Ainsi, le Cayman « classique » développe 275 chevaux, 325 pour la version S, 340 pour le GTS et enfin 385 pour le GT4.

Ce qui évolue avec les Boxster et Cayman 981

Cette nouvelle génération marque un tournant dans l’histoire du Boxster d’un point de vue esthétique, avec un style plus affirmé et toujours assez proche de celui de la 911. Cette fois, le Cayman est vendu moins cher que le Boxster, faisant de ce dernier le modèle d’appel de chez Porsche.

À bord, nous retrouvons tous les codes stylistiques en vigueur chez Porsche, tant au niveau de l’assise, que de la console centrale, que du système embarqué ou bien de la partie mécanique. Les performances sont également au rendez-vous avec en haut de gamme, une version GT4 du Cayman, particulièrement taillée pour la piste. Surtout si vous optez pour le pack Clubsport optionnel, qui ajoute tous les attributs pour bruler de la gomme sur circuit.

Les différentes versions de Porsche Boxster et Cayman type 981

Boxster : version classique, développant 265 chevaux
Boxster S : version sportive de 315 chevaux, étriers de frein rouge
Boxster GTS : version encore plus efficace reconnaissable à ses jantes noires
Boxster Spyder : version avec double bosselage de cache moteur, capote manuelle, jantes de 20 pouces et fort allègement.

Cayman : version de base du Cayman
Cayman S : version plus sportive du Cayman
Cayman GTS : version encore plus efficace reconnaissable à ses jantes noires
Cayman GT4 : version allégée du Cayman, avec un imposant aileron fixe, pré-équipement pour la piste. Puissance portée à 385 chevaux.

Comment repérer les Porsche Boxster et Cayman type 981 ?

Porsche Boxster Cayman 981

Non restylées, les Boxster et Cayman de type 981 sont relativement simples à reconnaître. Ils disposent en effet d’une ligne de caisse plus sculptée qu’auparavant. Les optiques étirées sont également bien différentes. Enfin, la forme des feux arrière est unique chez Porsche, c’est un bon moyen de repérer au premier coup d’œil un 981. Les versions S se reconnaissent toujours à leurs étriers de frein rouges.

Les versions GTS, qui ont fait leur apparition conjointement sur cette génération, apportent des jantes noires avec logo coloré, un moteur plus pêchu et quelques équipements complémentaires dans l’habitacle. Elles offrent un très bon rapport qualité/prix.

Quelques anecdotes concernant la Porsche Boxster type 981

• La version GT4 fait écho au précédent Cayman R, qu’elle remplace officieusement.
• Avant la présentation des Boxster et Cayman de type 981, beaucoup redoutaient la présence d’un 4-cylindres suralimenté, ce ne sera finalement pas le cas.
• Pour la première fois, le Cayman est vendu moins cher que le Boxster.
• Porsche a utilisé massivement l’aluminium pour rendre ses carrosseries plus légères, il en ressort une répartition des masses très avantageuses (46% sur l’avant et 54% sur l’arrière).
• Tout comme les précédentes générations, Boxster et Cayman 981 disposent de deux coffres : un à l’avant et le second à l’arrière.

4ème génération : Comment reconnaitre les Porsche 718 Boxster et Cayman – Type 982 (depuis 2016)

Porsche 718 Boxster 982

En 2016, l’heure est venue d’opérer un toilettage sur les Boxster et Cayman. C’est finalement bien plus qu’une évolution qui se produira puisque la quatrième génération des modèles deux-places de chez Porsche voit le jour. Elle porte l’identifiant 982 et un nouveau nom. En effet, exit Cayman et Boxster, il faudra désormais parler de Porsche 718 Boxster, ou Cayman. Les Porsche 718 peaufinent leur esthétique et adoptent définitivement le quatre-cylindres à plat, suralimenté par un turbo à géométrie variable. Un changement que les porschistes n’ont pas tous digéré.

Spécificité esthétiques des Porsche 718 Boxster et Cayman

Si nous nous concentrons exclusivement sur le design, les Porsche 718 Boxster et Cayman semblent être une subtile évolution de la génération 981. En effet, l’avant est quasiment similaire, avec un bouclier toujours commun aux deux modèles. Le design est plus sage et s’inspire davantage des premières générations de Boxster. La raison est probablement que Porsche souhaite rationaliser et hiérarchiser sa gamme en différenciant davantage les 911 des 718.

À l’arrière, les modifications sont plus importantes. Le bandeau lumineux, dévoilé sur la Panamera de 2015 (type 971) est désormais inclut d’office, ajoutant de nouveaux feux en volume et très élégants. Et c’est à peu près tout. Les jantes demeurent celles de la précédente mouture. Pour ne pas confondre les 981 et 982, analyser le profil ne suffira donc pas.

Motorisation des Porsche 718 Boxster et Cayman

Les Porsche 718 Boxster et Cayman abandonnent le célèbre Flat-6 au profit d’un 4-cylindres suralimenté. N’y voyez pas une volonté de la marque mais bien une conséquence inéluctable des normes de pollution toujours plus drastiques et défavorables aux moteurs atmosphériques.

Désormais, un unique moteur 4-cylindres à plat équipe les 718. Il est décliné en deux cylindrées et deux niveaux de puissances. Cette fois, le roadster et le coupé sont pareillement motorisés. Ainsi, les 718 Boxster et Cayman reçoivent une cylindrée de 2.0 litres et fournissent 300 chevaux. Les 718 Boxster S et Cayman S voient leur cylindrée portée à 2.5 litres et atteignent les 350 chevaux.

Ce qui évolue avec les 718 Boxster et Cayman 982

La principale évolution des Porsche 718 est d’ordre mécanique. Porsche en a profité pour opter pour une nouvelle dénomination. Si les malus écologiques sont moindres, l’accueil du public a été mitigé, malgré des performances en hausse.

L’habitacle demeure très proche de celui des Boxster et Cayman 981. Seul le volant est nouveau, reprenant le design de celui monté dans la 918 Spyder. Le multimédia gagne heureusement en réactivité et en fonctionnalités.

Distinguer les différentes versions de Porsche 718 type 982

Boxster : version d’appel, de 300 chevaux
Boxster T : version de 300 chevaux également, plus allégée, plus sportive avec de nombreux équipement de série comme les jantes 20 pouces
Boxster S : version sportive, développant 350 chevaux
Boxster GTS : version plus radicale, jantes noires, feux teintés, équipement enrichi, puissance portée à 365 chevaux
Boxster GTS 4.0L : version pour le puristes, elle se voit doter d’un moteur 6 cylindres à plat de 400 chevaux
Boxster Spyder : version avec double bosselage de cache moteur, capote manuelle, jantes de 20 pouces et fort allègement. Puissance portée à 420 chevaux.

Cayman : version d’entrée de gamme, de 300 chevaux
Cayman T : version de 300 chevaux également, plus allégée, plus sportive avec de nombreux équipement de série comme les jantes 20 pouces
Cayman S : version plus sportive, étriers de frein rouges, 350 chevaux
Cayman GTS : version plus radicale, jantes noires, feux teintés, équipement enrichi, puissance portée à 365 chevaux
Cayman GTS 4.0L : version pour les puristes, elle se voit doter d’un moteur 6 cylindres à plat de 400 chevaux
Cayman GT4 : version allégée du Cayman, avec un imposant aileron fixe, pré-équipement pour la piste. Puissance portée à 420 chevaux.

Comment reconnaître les Porsche 718 Boxster / Cayman type 982 ?

Porsche 718 Boxster Cayman 982

Quelle que soit la version de Porsche 718 que vous aurez face à vous, vous aurez toujours le même faciès. Hormis si la voiture en question a reçu le pack Sportdesign optionnel. D’une manière générale, le style est tout de même très proche de la précédente génération de Boxster et Cayman (type 981). La principale différence concerne les boucliers, plus sages sur les 718, et l’arrière, qui arbore désormais un bandeau entre les feux arrière. Pour l’heure, il s’agit de la seule génération de Boxster et Cayman disposant de cet attribut esthétique.

Quelques anecdotes concernant la Porsche Boxster type 982

• Il s’agit de la première génération de Boxster et Cayman à ne plus disposer du légendaire Flat-6, cher aux passionnés de la marque. Beaucoup ont été déçus.
• Porsche a choisi le nom « 718 » car il s’agissait d’une voiture de course ayant couru aux 24 Heures du Mans à la fin des années 1950. Sa particularité, c’est qu’elle disposait d’un 4-cylindres à plat. Une mécanique du même type que celle montée dans les 718 Boxster et Cayman actuels.
• En perdant deux cylindres et en passant à la suralimentation, les Boxster et Cayman abaissent leur consommation de 15% avec une consommation en cycle mixte qui descend légèrement sous la barre des 7 litres aux 100 kilomètres.
Le 6 cylindres reste tout de même présent dans la gamme pour les modèles les plus radicaux présentés entre 2019 et 2020 avec les GTS 4.0L, Spyder et GT4.

Les modèles de 718 avec un moteur 6 cylindres atmo :

Pour finir

Vous êtes désormais en mesure d’identifier à coup sûr 95% des Porsche Boxster et Cayman que vous croiserez. Pourquoi pas 100% ? Parce que certains choisissent d’offrir un lifting à leur voiture afin de la faire paraître plus récente. L’exemple le plus probant, c’est de remplacer les clignotants oranges d’un Boxster 986 phase 1 par des modèles blancs. Certains autres remplacent toute la partie avant de ce même Boxster par une autre, singeant le faciès d’un modèle 987.