Préambule

Après avoir supprimé du catalogue en 1989 la 930 Turbo, l’usine sort un nouveau modèle pour le millésime 1991 sous forme de la caisse élargie de la 964 atmosphérique équipée d’une évolution du moteur 3.3l de la si réputée 930 Turbo. Mais très vite la cylindrée est augmentée au millésime 1993 avec un nouveau moteur de 3.6l. Durant son existence la 964 Turbo verra également sortir des versions spéciales comme comme la Leichtbau et la Slant Nose. Alors nous allons en décortiquer les caractéristiques car elles le méritent d’autant plus qu’aujourd’hui on peut dire que ceux qui en possèdent un exemplaire ont une 911 extraordinaire !

Carrosserie et Equipements de la Porsche 964 Turbo 3.3L 1991 et 1992.

Extérieurement la nouvelle 964 Turbo est basée sur la carrosserie de la 964 Atmosphérique de base avec évidemment des ailes bien plus larges aussi bien à l’avant qu’à l’arrière, ces dernières progressant de 6,5 cm ! La largeur passe au final de 1652 mm à 1775 mm, la longueur étant échangée avec 4250 mm. Le poids à vide passant de 1350 kg à vide à 1495 kg.

Les rétroviseurs à réglage électrique deviennent aérodynamiques en reprenant d’aspect de ceux des « Cup » alors que l’aileron intégré dans le capot arrière avec son échangeur situé dessous reprend pratiquement le dessin de celui de la 930 Turbo. L’échappement est double avec une sortie de chaque côté du pare-chocs ! L’essuie-glace arrière est de série.

On trouve la moquette épaisse dans l’habitacle et dans le coffre. Le réservoir d’essence a une contenance de 77 litres, avec la possibilité en option d’en avoir un de 92 litres.

A l’intérieur, l’équipement (comme pour la précédente 930 Turbo) est pléthorique. Ainsi on trouve du cuir partout et les sièges sports à réglage électrique dans tous les sens.   

A l’arrière le sigle Turbo est bien présent sur le dossier des strapontins !

L’airbag conducteur est de série comme la climatisation, la direction assistée et l’ordinateur de bord sans oublier une radio à lecteur de cassettes de haut de gamme! L’airbag passager et le toit ouvrant électrique restant des options.

La zone rouge du compte tours débute à 6400 tr/mn alors que compteur de vitesse est gradué jusqu’à 300 km/h, nous y reviendrons en détail lors du chapitre sur la 964 3.6l Turbo car un point de détail est à préciser et inconnu de beaucoup de passionnés !

Côté production, 3734 exemplaires sont produits pour l’Europe et le Reste du Monde, hors USA et 983 exemplaires pour le Nouveau Continent. De nombreuses couleurs de carrosserie et d’intérieur sont disponibles sans oublier comme d’habitude la possibilité d’avoir une finition personnalisée…moyennant finances !

Moteur des Porsche 964 Turbo 3.3L 1991 et 1992.

De type M30/69, le moteur est basé sur celui équipant la 930 Turbo précédente dans sa version S mais avec 320 cv (330 cv pour la 930 Turbo S) à 5750 tr/mn pour un couple de 450 N/m à 4500 tr/mn. Pour répondre aux nouvelles normes anti-pollution, un catalyseur est installé. Le turbo est de type K27 alors que l’échangeur est redimensionné, l’injection passant du système K-Jetronic au système L-Jetronic ! Contrairement aux modèles à moteur atmosphérique qui disposent d’un double allumage, dans le cas présent il reste à simple allumage. On peut noter que cette fois la puissance est identique pour tous les pays. En option l’usine propose un kit dit X33 portant la puissance à 355 cv avec 470 Nm de couple aux mêmes régimes. Pour obtenir ces augmentations de puissance et de couple, de nouveaux arbres à cames sont posés alors que la cartographie est revue.

Dans sa version 320 cv, les performances sont pour le kilomètre départ arrêté de 24,5 s avec une vitesse de pointe de l’ordre de 270 km/h. En fait pas d’évolution par rapport à la 930 Turbo à cause de l’augmentation du poids !

Boites de vitesses des Porsche 964 Turbo 3.3L 1991 et 1992.

Il n’existe qu’une boite de vitesses à cinq rapports pour tous les pays de type G50/52. Elle est équipée de série d’un différentiel autobloquant avec un taux de verrouillage de 20% en accélération et de 100 % en décélération.

Rapports de la boite de vitesses G50/52 tous pays :

1ère : 3,15     2ème : 1,79      3ème : 1,27     4ème : 0,96    5ème : 0,76

Pont : 3,444

Châssis et Freins des Porsche 964 Turbo 3.3L 1991 et 1992.

Le châssis est adapté au poids et à la puissance du modèle. Ainsi les amortisseurs Bilstein lui sont spécifiques alors que la barre antiroulis avant est de diamètre de 21 mm pour 22 mm à l’arrière.

 Les jantes en 17 pouces de diamètre font 7 et 9 pouces de large pour l’avant et l’arrière. Elles sont équipées de pneus en 205/50 et 255/40 respectivement.

Ces jantes cachent des étriers équipés de quatre pistons à l’avant (en 44 mm et 36 mm de diamètre) et à l’arrière (en 34 mm et 30 mm de diamètre). Ceux-ci pincent des disques percés et ventilés de 322 mm de diamètre à l’avant avec une épaisseur de 32 mm et de 299 mm de diamètre à l’arrière avec un épaisseur de 28 mm. Bien évidemment le système ABS adapté aux caractéristiques de poids et du système de freinage est présent.

Carrosserie et Equipements de la Porsche 964 Turbo S Leichtbau 1992.

Au salon de Genève 1992, l’usine lance un modèle destiné à commémorer les titres IMSA glanés aux USA en 1991 et 1992 : la 964 Turbo S Leichtbau. Elle sera fabriquée par le service exclusive à 86 exemplaires seulement !

Impossible de ne pas la reconnaître au premier abord vu son look de voiture de piste ! Ce qui saute aux yeux sont les prises d’air dans les ailes arrière afin d’améliorer le refroidissement des freins, les bouches d’air avant remplaçant les antibrouillards ayant le même but de refroidir les freins, cette fois à l’avant.

A l’arrière l’aileron n’a plus de jonc en caoutchouc et est peint de couleur carrosserie. Sa forme est légèrement différente du modèle 964 3.3l Turbo en étant plus plat afin de favoriser la vitesse de pointe. 

Dans un but d’allègement, le capot (dont l’ouverture est maintenue par une tringle en aluminium) et les portes sont en fibre de verre, les vitres latérales et la lunette arrière sont plus fines que celles de série alors que le bouclier arrière reprend celui de la 964 RS. Côté nuances de couleurs extérieures, si ce modèle fût lancé en jaune vitesse on pouvait l’avoir dans d’autres couleurs, allant du bleu au rouge sans oublier le gris et le blanc. Evidemment moyennant finances, rien n’interdisait à l’acheteur d’obtenir une couleur de son choix !

A l’intérieur on trouve des sièges baquets de 964 RS avec des combinaisons de couleurs de base ainsi que les mêmes panneaux de portes avec les sangles remplaçant les leviers de commande d’ouverture des portes. L’airbag du volant a disparu (mais est toujours disponible sur option comme ici) ainsi que la climatisation. Les sièges arrière ont disparu, la cloison pare feu recevant une moquette comportant le sigle Turbo S.

D’autres finitions sont disponibles sur option comme ce cuir rouge intégral. Un arceau boulonné et des harnais étant également disponibles sur demande.

Une barre anti rapprochement est montée dans le coffre qui comporte un réservoir de 77 litres de contenance (92 litres en option) alors qu’une moquette comportant le sigle Turbo S insonorise quelque peu le compartiment.

Tous ces équipements allégés permettent à la 964 3.3L Leichtbau de ne peser que 1290 kg au lieu des 1495 kg du modèle de série !

Moteur des Porsche 964 Turbo 3.3L Leichtbau 1992.

De type M30/69SL, le moteur est basé sur celui de série de type M30/69. Il possède de nouveaux arbres à cames et une nouvelle injection avec une pression du turbo augmentée de 0.1 bar. La puissance est portée à 381 cv à 5750 tr/mn avec un couple de 490 Nm à 4500 tr/mn.

Entre son poids allégé et son nouveau moteur les performances font un grand bond en avant avec 290 km/h en vitesse de pointe et le 0 à 100 km/h en 4,6 s (5,1s sur le modèle de série).

Boites de vitesses des Porsche 964 Turbo S Leichtbau 1992.

Il n’y a aucune modification sur la botye de vitesses de type G50/52 qui conserve les mêmes caractéristiques que celels du modèle de série.

Châssis et Freins des Porsche 964 Turbo S Leichtbau 1992.

Côté châssis, si les diamètres des barres antiroulis sont identiques à ceux du modèle de série, les amortisseurs sont durcis en liaison avec la hauteur de caisse abaissée de 40 mm et le poids. les freins aux étriers rouges ne changent pas alors quen apr contre apapraissent des jabntes Speedline (Cup-Design) en aluminium construites en tris parties. pour la première fois sur une 911 elles font 18 pouces de diamètre ! Leur largeur est de 8 pouces à l’avant et de 10 pouces à l’arrière. Les pneus étant des 225/40 et 265/35 respectivement.

Aujourd’hui ce rare modèle est recherché par les collectionneurs, et atteint lors des rares transactions constatées des chiffres de prix donnant le vertige !

Carrosserie et Equipements de la Porsche 964 Turbo 3.6L 1993 et 1994.

Lors du millésime 1993 la carrosserie de la 964 Turbo évolue très peu si ce n’est à l’arrière avec le sigle chromé turbo 3.6 apposé sur le capot moteur alors que le bouclier reprend celui de la 964 RS. Noter cette rare et superbe couleur Rouge Péruvien choisie sur échantillon qui exista lors des millésimes 1976 et 1977 sur les 911.

A l’intérieur aucun changement important, il est toujours aussi beau, particulièrement lorsque le Rouge Péruvien et associé au beige.

Point de détail sur le compteur de vitesses qui mérite une explication. Sur les 964 Turbo 3.3l le compteur était gradué jusqu’à 300 km/h. Sur la 964 Turbo 3.6l il est gradué jusqu’à 320 km/h….mais pas pour tous les pays. En effet il l’est pour l’Europe et porte la référence 993 641 546 300 alors que pour certains pays comme l’Arabie Séoudite (code pays option 215) il garde la graduation 300 km/h et porte la référence 964 641 036. Le principe restera le même pour les 993 bi turbo !

Côté production, 938 exemplaires sont produits pour l’Europe et le reste du monde, ce qui en fait un modèle relativement rare et explique sa cote actuelle ! De nombreuses couleurs de carrosserie et d’intérieur étaient disponibles sans oublier comme d’habitude la possibilité d’avoir une finition personnalisée…moyennant finances !

Moteur des Porsche 964 Turbo 3.6L 1993 et 1994.

Avec sa cylindrée portée de 3300 cm3 à 3600 cm3 le moteur de type M64/50 voit sa puissance passer de 320 cv à 360 cv à 5500 tr/mn pour un couple de 520 Nm à 4200 tr/mn. Par rapport au modèle 3.3L on trouve de nouveaux joints de culasses, une nouvelle chaîne de distribution, de nouvelles culasses, de nouvelles pompes à huile, un nouveau vilebrequin. En fait le bloc reprend les caractéristiques de la version atmosphérique de la 964 3.6L. Evidemment l’injection est adaptée. Par contre l’échappement est repris sans changement.

Côté performances le 0 à 100 km/h et atteint en 4,8 s, la vitesse de pointe étant de 280 km/h.

En option le kit X88 permettant une augmentation de 25 cv du moteur est disponible, nous y reviendrons au chapitre lié au versions Slant Nose.

Boites de vitesses des Porsche 964 Turbo 3.6L 1993 et 1994.

Il n’y a pas de modification sur la boite de vitesses de type G50/52 qui conserve les mêmes caractéristiques que celles du modèle de série. Mais pour diminuer le bruit de l’autobloquant, la matière des disques de celui-ci passe du molybdène au carbone et pour améliorer la fiabilité des pignons coniques, on les durcit au nickel en remplacement du molybdène.

Châssis et Freins des Porsche 964 Turbo 3.6L 1993 et 1994.

Côté châssis, celui-ci est abaissé de 20 mm (sauf pour les versions USA pour des raisons de sécurité des piétons en cas de choc) alors que pour le reste on reprend le châssis de la 964 Turbo 3.3l. Les diamètres des barres antiroulis sont identiques, les amortisseurs adaptés à la nouvelle hauteur de caisse. Les freins reprennent ceux de la 964 Turbo 3.3l Leichtbau. Côté jantes on reprend également ceux de ce dernier modèle de marque Speedline (dites Cup-Design) en aluminium construites en trois parties. Pour rappel elles font 18 pouces de diamètre avec une largeur de 8 pouces à l’avant pour 10 pouces à l’arrière. Les pneus étant des 225/40 et 265/35 respectivement.

Anecdote.

Lors de sa présentation l’usine présenta la 964 Turbo 3.6l en Vert Wimbledon. Par sécurité l’usine avait deux modèles et le hasard voulut qu’un de mes amis acheta ensuite la version qui était en réserve. Hélas lors d’une inondation dans son garage le modèle fut submergé par l’eau et il revendit alors la voiture dont tous les composants électriques étaient détruits sans oublier que le moteur et la boite étaient touchés. L’acheteur devait la remettre en état…mais hélas à ce jour il ne sait pas ce qu’elle est devenue comme le modèle exposé d’ailleurs….  

Carrosserie et Equipements de la Porsche 964 3.6 Turbo S Slant Nose 1993.

Fin 1993 l’usine lançe une petite série de 964 Turbo S 3.6l à ailes plates. Côté carrosserie indépendamment de ces ailes d’où sortent les phares…

….on trouve à l’entrée des ailes arrière des prises d’air, reprises de la 964 3.3l Turbo Leichtbau !

A l’arrière on note la double sortie d’échappement de chacun des silencieux alors que l’aileron est peint couleur carrosserie en ayant perdu son bourrelet latéral caoutchouté.

L’intérieur est repris de la version de série et est toujours aussi beau !

Il y aura 76 exemplaires de produits de ces versions spécifiques S parmi lesquelles 17 seront fabriquées avec les ailes de la 911 !

Moteur des Porsche 964 3.6 Turbo S Slant Nose 1993.

Le moteur est dérivé de celui de type M64/50dont la puissance passe de 360 cv à 5500 tr/mn à 385 cv à 5750 tr/mn pour un couple identique de 520 Nm à 5000 tr/mn. Ces caractéristiques montrent qu’on a cherché avant tout à améliorer les accélérations au détriment des reprises à bas régime…même si dans la réalité ce dernier reste bien suffisant. Côté modifications mécaniques, on trouve un nouveau calage des arbres à cames, un Turbo plus important, un nouvel échappement ainsi qu’un nouvel échangeur d’huile.

Côté performances le 0 à 100 km/h et atteint en 4,6 s, la vitesse de pointe étant de plus de 280 km/h.

Boites de vitesses de la Porsche 964 3.6 Turbo S Slant Nose 1993.

Il n’y a pas de modifications sur la boite de vitesses de type G50/52 qui conserve les mêmes caractéristiques que celles du modèle de série.

Châssis et Freins des Porsche 964 Turbo 3.6L 1993 et 1994.

Il n’y a pas de modifications du châssis et des freins par rapport au modèle de série.

Notre Choix.

Si on oublie le prix, évidemment le rêve absolu est de posséder une 964 Turbo 3.3l Leitchbau, mais roulerait-on avec ?

Sinon notre choix se portera sur une 964 Turbo 3.6l de série qui à ce jour reste certainement une des 911 les plus attachantes, aux performances toujours exceptionnelles avec ce côté « sauvage » du mono turbo qui donne tant de sensations !